Aller au contenu principal

Pour en finir avec le Sarkozysme. Collectif d’artistes et d’écrivains « Pour en Finir avec le Sarkozysme ». Poèmes de Mustapha Saha.

avril 27, 2012

Source : LeNouvelObs 26/04/2012

Pour en finir avec le Sarkozysme. Collectif d’artistes et d’écrivains « Pour en Finir avec le Sarkozysme ». Poèmes de Mustapha Saha.

Pour en finir avec le Sarkozysme.

Collectif d’artistes et d’écrivains « Pour en Finir avec le Sarkozysme ».

Poèmes de Mustapha Saha.


« Il est de salut public et républicain de diffuser urgemment et massivement, avant le second tour de la Présidentielle, les deux poèmes de Mustapha Saha, « Réveille-toi Jaurès » et « Napoléon le faux » pour en finir avec le Sarkozysme. »

Collectif d’artistes et d’écrivains « Pour en finir avec le Sarkozysme ».

Mustapha Saha : sociologue, poète, artiste peintre, photographe. Cofondateur du Mouvement du 22 Mars et leader historique de Mai 68. Depuis 2007 : photographe de François Hollande et Conseiller personnel de Faouzi Lamdaoui.

Réveille-toi Jean Jaurès !

Par Mustapha Saha.


Le démon de minuit saisit la Présidence

L’estoc décapite quiconque n’obtempère

L’autocrate s’adjuge prestige et dissidence

La pensée s’absente la raison désespère

Les causes s’estompent sous grands effets d’annonce

L’Assemblée s’agite la loi se désaccorde

L’étranger se terre son voisin le dénonce

Le tzigane acquitte la potence et la corde

Le cynisme sans fin multiplie ses facettes

Le travailleur oublie le goût de la cerise

L’expert aux enchères surcote ses recettes

L’agioteur prospère à l’abri de la crise

L’esprit des ténèbres déroule son emprise

La liberté s’égruge entre enclume et marteau

Maurras de son caveau dirige l’entreprise

Le bouc émissaire s’exécute au château

Tes enfants s’étripent pour un bout de pouvoir

Les dragons du passé sous projecteurs s’acclament

Les sages interdits taisent leur bon savoir

Les apprentis sorciers nouveaux rois se proclament

La bête en fanfare tisonne son flambeau

La voix de la guerre sur réseaux s’amplifie

Les chemises brunes profanent ton tombeau

Réveille-toi Jaurès la paix se crucifie

Copyright (c) Mustapha Saha.

Napoléon le faux

Par Mustapha Saha

Son navire a surgi sous pavillon corsaire

Dans le tourbillon noir de l’horrible cyclone

De quel pouvoir occulte est-il l’ogre émissaire

De quel maître invisible est-il le vaillant clone

Pandore aux souliers d’or dans son ombre gouverne

Sous le sceau du secret se trame l’aventure

Entre chacal et loup dans l’obscure taverne

Le concile installe l’autre commandature

Le pont s’illumine d’un ultime festin

L’indolent prétendant force son beau sourire

La destinée se change et non point le destin

L’enfarineuse en vol explose les fous rires

La Fata Morgana s’interpose en matrone

Le prince maigrineux coupe enfin les amarres

Nul ne sait sa force ni sa faiblesse au trône

L’intrépide guerrier endosse la simarre

La nef appareille pour un nouveau pillage

Fond de cale investi de plus-values des banques

Les profits prospèrent dans le grand gaspillage

Sur mât de misaine voltige un saltimbanque

Le tsunami gronde du bruit sourd de l’enfer

Fukushima flamboie des feux d’apocalypse

Le petit amiral brandit sa main de fer

Tout retourne à la mer la vie n’est qu’une ellipse

Le capitaine fier raide droit dans ses bottes

Navigue en eaux basses pour couvrir le naufrage

L’horizon se voile du gris de Caillebotte

Le port franc disparaît dans l’éternel coffrage

Sur marche funèbre paradent les corbeaux

Une étrange épitaphe achève l’opuscule

Le trésor englouti sera-t-il son tombeau

La légende a vécu le temps d’un crépuscule

© Mustapha Saha

35523_10150715302206033_383055441032_9648766_1800117268_n.jpg



























Mustapha Saha en Mai 68. La Dernière barricade.

Paris rue des Saints-Pères. 12 juin 1968.

Copyright photo © Bruno Barbey / Magnum

Voir le livre : Bruno Barbey, 68, editions Creaphis.

Eloge de Mai 68 par François Hollande

« Les piétons de mai 68 qui marchaient la tête dans les étoiles l’avaient compris. Leur utopie, c’était celle d’une société fraternelle qui puisse respecter l’homme et la nature, et refuse de faire de la prospérité matérielle la mesure de toute chose. » François Hollande, Discours d’investiture. Halle Fresnay. Paris. 22 octobre 2011.


521877_10150715336336033_383055441032_9648830_1876697372_a.jpg





Mustapha Saha.

Sociologue, poète, artiste peintre, photographe.

Mail : mustapha.saha@gmail.com

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.